Exposition À fleur de peau au Musée du Luxembourg

« Le travail artistique, c’est tout, je veux faire des chefs-d’oeuvre, il n’y a rien d’autre. » (1864)

Au détour d’une allée presque endormie se cache l’entrée discrète du Musée du Luxembourg. L’exposition A Fleur de Peau nous invite à quitter l’ombre des platanes centenaires alentours pour entrer dans l’intimité d’un portraitiste brillant et peu
conventionnel. Consacrée aux multiples oeuvres d’Henri Fantin-Latour (1836-1904), A Fleur de Peau nous propose bien plus qu’un parcours chronologique : elle est aussi un voyage des sens.

Sur les murs noir et rouge sombre de la première salle sont exposés ses autoportraits de jeunesse. Apparait d’emblée un homme ténébreux et tourmenté, à l’instar de ses contemporains et modèles Schumann ou Verlaine. Au mur et près de ces tableaux figure l’extrait d’une lettre aux couleurs baudelairiennes, destinée à son ami marchand d’art Edwin Edwards : « Je ne peux vous donner une idée de moi (…), de ma pauvre et tourmentée existence, de mon pauvre esprit, tout nerveux; toujours replié sur moi-même; de la vie, toujours seul, toujours aspirant au bonheur, à la gloire, à l’art; jamais content, jamais satisfait. »

Hommage à Delacroix, Henri Fantin-Latour, 1864, Huile sur toile, 160 × 250 cm — Paris, Musée d’Orsay

Le jeune artiste, bien qu’amoureux de la Nature, peint d’abord des modèles essentiellement familiers : son propre visage, tempétueux et dramatique à la fois; le portait de ses soeurs ou encore celui de son cercle artistique… tant d’hommes et de femmes inspirant le peintre qui se cherche, et qui cherche conjointement sa place dans la société. Ces portraits ont sans aucun doute permis à l’artiste de développer son sens du réalisme et de l’observation face au mouvement et aux attitudes humaines dont il s’inspirera plus tard pour ses reproductions de fleurs.

Vers 1870, Fantin-Latour constitue des bouquets de fleurs afin de les reproduire en peinture.
Plusieurs centaines de « Natures Mortes » sont alors créées. Mais en voyageant de tableau en tableau et de parfum en parfum, le spectateur se détache du titre donné aux oeuvres. Car bien plus que des Natures Mortes, Fantin-Latour a peint des portraits de fleurs comme des âmes en mouvement. Néanmoins, bien souvent au pied du bouquet, une fleur tombée rappelle avec grâce et nonchalance que la vie des êtres, comme celle de fleurs, est vanité.

A Fleur de Peau, c’est d’ailleurs la volonté d’exposer les bouquets fleuris à côté de différents portraits d’hommes et de femmes dont les noms reviennent et deviennent familiers. Le visiteur se promène entre fleur et peau. Cette alternance souhaitée associe la vue à l’odorat. Mais la partie consacrée à la musique arrive. Et voilà que l’imagination appelle l’ouïe. De nouveaux tableaux présentent un bouquet d’artistes bien connus de l’époque : poètes, critiques, musiciens et peintres posent autour d’un piano. Avec cela, comment ne pas évoquer la correspondance des sens, plus communément appelée « synesthésie » ? L’oeuvre de Fantin-Latour dépeint une société d’artistes modernes qui s’inspirent de tous les arts et qui, par conséquent, marient les sens. Le peintre rend un hommage pictural à Berlioz, à Wagner et à Schumann dont les visiteurs mélomanes, à partir du support du tableau, peuvent entendre l’oeuvre rappelée. De même, ses amis compositeurs mettent en musique les chefs d’oeuvres des poètes romantiques. Par là même, c’est un concert de lettres, de couleurs et de sons que nous propose l’exposition.

Chrysanthèmes annuels, Henri Fantin- Latour, 1889

Enfin, le style de Fantin-Latour se veut très proche de la réalité. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que ce dernier aimait la photographie. Dans la dernière salle, on peut découvrir une collection de photos inédites prises par le peintre. Le sujet est quasiment toujours le même : des femmes nues, dont Fantin-Latour aime ensuite s’inspirer pour ses « oeuvres d’imagination » (c’est-à-dire de création).

L’exposition est donc un corpus d’oeuvres d’inspirations et de natures bien différentes. Fantin- Latour est un artiste complet, éveilleur de sens, passeur de poésie et de réalité.

Amélie Verrey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close