Exposition Masculin / Masculin au Musée d’Orsay

MASCULIN / MASCULIN 

L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours

MUSÉE D’ORSAY

 

Le sujet se veut ambitieux et audacieux, et c’est pourtant de manière très classique que démarre l’exposition, présentée actuellement au Musée d’Orsay. Cette rétrospective se donne pour objectif de montrer comment le corps masculin a été représenté de 1800 à nos jours, dans toutes les techniques de l’art.

masculinmasculin

Bien que les artistes aient su le traiter à toutes les époques, le nu masculin n’a jamais été exposé avant l’année dernière, lorsque le Leopold Museum de Vienne a entreprit de traiter ce sujet. Mais pourquoi n’avait-il encore jamais été soulevé au cœur d’une exposition auparavant ? Pour répondre à cette question, Guy Cogeval,  président du Musée d’Orsay et commissaire de l’exposition, a choisi de confronter les œuvres, les époques et les techniques, autour des grands thèmes qui ont forgé la représentation du nu masculin, sur plus de deux siècles.

Pour notre époque, le nu évoque essentiellement le corps féminin. Longtemps, il fait l’objet d’un désir viril assumé. Mais pour les artistes, le nu masculin est un miroir magnifié, un objet narcissique, un « moi idéal ».

Entrée en matière classique. Le genre reste en effet extrêmement académique du XVIIe au XIXe siècle. Il occupe une place centrale dans le processus de création d’un artiste, notamment par les études préparatoires qu’il suggère. Jusqu’à une date avancée, les modèles sont uniquement masculins, pour des raisons de mœurs, mais aussi parce que l’homme est considéré comme l’archétype du canon humain. Le nu masculin classique continue à faire l’objet d’une fascination, notamment jusqu’à l’entre-deux guerres, voir même jusqu’à nos jours.

Dans la suite de l’exposition, l’homme nu prend vite des allures héroïques. L’homme est perçu comme un demi-dieu et on établit des correspondances entre anatomie et vertu. Cette conception néo-platonicienne, liant le Beau et le Bien, définit l’homme comme porteur de valeurs nobles et universelles. Le héros mythologique apparaît alors comme l’émanation d’un moi sublimé, valorisé par une soif de virilité et d’affirmation patriotique. Regroupés dans cette même thématique, trois œuvres qui traversent les époques, caractérisent cette représentation dans l’art : Le Berger de Paris de Desmarais en1787, Les Adolescents de Picasso en 1906 et Mercure de Pierre et Gilles en 2001.

adolescents

Les Adolescents, Picasso, 1906

Au cours du XIXe siècle, apparaît un nouveau regard sur le corps : on admire la puissance virile. Le sportif fascine, le corps devient un objet façonné, un sujet d’admiration narcissique.  L’anatomie est envisagée comme un vecteur émotionnel. L’alliance entre force physique et courage est représentée avec Lutteurs d’Alexandre Falguière en 1875. On peut alors établir une comparaison avec l’art gréco-romain.

Le XXe siècle va voir exploser l’audace, dans une société où les mœurs se libèrent. Ce réalisme esthétique diffère de l’idéalisation recherchée par le nu académique. Le but est d’aboutir à un corps dont l’harmonie est fidèle aux caractéristiques du modèle pour accéder à une introspection.

L’inscription du corps nu dans un paysage implique la maîtrise technique. L’homme est alors à la recherche d’une communion avec la nature.

baigneurs

Baigneurs, Cézanne, 1890

Cette libéralisation des mœurs donne naissance à des œuvres audacieuses dès le milieu du XXème siècle. L’idéal de beauté transmis par les références du passé se défait pour ancrer la séduction dans la culture et les pratiques contemporaines.

Le Musée d’Orsay se donne comme ambition d’approfondir de façon ludique, sociologique et philosophique toutes les dimensions du nu masculin dans l’art. Bien que l’exposition ne soit pas chronologique, elle embrasse ainsi deux siècles de créations et toutes les techniques artistiques, en déclinant les hommes nus sur une série de thèmes. Tout de même une vague impression d’accumulation, plutôt qu’une véritable confrontation entre les œuvres ou qu’un significatif dialogue entre les époques. Le corps masculin, dans tous ses états.

 

Laura Baron

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s